hemangiosarcome canin

 
 
© Dr Paul GHISLAIN Vétérinaire
Lingostière Clinique Vétérinaire
06200 Nice
 

L’hémangiosarcome est un cancer des vaisseaux sanguins plus fréquent chez le chien que chez le chat ou toute autre espèce de mammifère, y compris l’Homme. Il s’agit d’un cancer très agressif qui se propage (métastase) précocement et est associé à de mauvaises perspectives à long terme (pronostic). Il représente 5-7 % de toutes les tumeurs malignes canines. L’âge moyen des chiens au moment du diagnostic est de 9 à 12 ans. L’hémangiosarcome affecte presque toutes les races de chiens ; cependant, les Bergers allemands et les Golden Retrievers sont affectés en nombre supérieur à la moyenne. Le cancer est très rare chez les chats et, lorsqu’il survient, affecte généralement les chats d’âge moyen à plus âgé.


La cause définitive de l’hémangiosarcome reste incertaine, bien que la forte association de races suggère que des facteurs héréditaires sont présents pour expliquer cette prédisposition génétique. En effet, il a été démontré que les phénotypes d’expression des gènes varient entre les cellules d’hémangiosarcome de différentes races de chiens, suggérant des liens de race individuelle avec cette forme de cancer. L’hémangiosarcome provient des cellules immatures en circulation (précurseurs endothéliaux), et non des cellules endothéliales matures d’un organe.


L’hémangiosarcome a le potentiel d’affecter n’importe quel tissu dans le corps, les trois principaux sites communs étant la rate (28-50 %), l’oreillette droite du cœur (3-50 %) et la peau ou le tissu sous-cutané (13 %). La propagation du cancer peut survenir tôt dans le processus de la maladie, le foie, l’omentum (membrane dans l’abdomen) et les poumons étant les sites les plus courants de propagation métastatique (métastases). Les métastases peuvent survenir par le sang ou par propagation locale après la rupture de la tumeur. Chez les chiens, l’hémangiosarcome cutané a tendance à avoir un taux métastatique plus faible, et il semble que, plus un hémangiosarcome est superficiel sur la peau, plus la probabilité de métastases est faible. Chez les chiens atteints d’hémangiosarcome avancé, il n’est souvent pas possible de déterminer le site principal d’origine de la tumeur. Chez les chats, l’hémangiosarcome est généralement décomposé en une forme viscérale ou une forme cutanée, et les deux ont tendance à avoir un taux métastatique élevé. Dans l’ensemble, les métastases sont très préoccupantes, car elles représentent une aggravation de la maladie (incapacité du corps à contrôler le cancer) et une plus grande probabilité de symptômes débilitants.

 
 
 Hémangiosarcome de la rate, chirurgie du Dr Axelle DORTET 
 
 

La première raison de consulter un médecin et les premiers symptômes chez les chiens atteints d’hémangiosarcome dépendent de l’emplacement physique de la tumeur (quels organes sont affectés ?) et de la présence ou de l’absence de propagation tumorale. Le premier signe le plus courant chez la plupart des chiens est l’apparition soudaine d’une faiblesse ou d’un effondrement suite à une rupture tumorale entraînant une hémorragie interne. Moins fréquemment, un hémangiosarcome peut être suspecté lors du toilettage, des caresses ou d’un examen physique de routine. Aucun de ces scénarios n’est exclusif à l’hémangiosarcome, et la suspicion d’un vétérinaire doit être confirmée par des tests de diagnostic avant de pouvoir poser un diagnostic définitif d’hémangiosarcome. Le diagnostic d’hémangiosarcome est basé sur la biopsie tissulaire et l’analyse microscopique des tissus biopsiés en laboratoire. La stadification (recherche de la présence éventuelle d’un cancer ailleurs dans le corps et, le cas échéant, du lieu) de l’hémangiosarcome comprend l’analyse sanguine, les radiographies, l’échographie abdominale et l’échocardiographie.


Le traitement de l’hémangiosarcome comprend la stabilisation initiale du patient (en cas de rupture tumorale aiguë et d’hémorragie interne), une intervention chirurgicale pour retirer la tumeur primaire et prévenir d’autres hémorragies, et une chimiothérapie pour empêcher la croissance d’un cancer microscopique/métastatique. La stabilisation initiale pour les chiens atteints d’hémangiosarcome se présentant en urgence implique généralement l’utilisation d’une administration de produits sanguins (c’est-à-dire une transfusion sanguine) et une surveillance intensive des patients. Les traitements qui composent ce processus de stabilisation peuvent être salvateurs au départ, et visent principalement à réduire les risques anesthésiques et chirurgicaux pour optimiser les résultats de la chirurgie.


La chirurgie en elle-même peut être curative pour l’hémangiosarcome superficiel associé à la peau, mais pas pour les tumeurs plus profondes. La chirurgie seule pour d’autres types d’hémangiosarcome ne fait pas grand-chose pour prolonger la survie et la plupart des chiens atteints d’hémangiosarcome de la rate, du foie ou d’autres organes succombent à un cancer propagé en un à deux mois. Ces statistiques s’appliquent aux cas confirmés d’hémangiosarcome, et le seul moyen de savoir de façon définitive si une masse ou une autre anomalie est un hémangiosarcome est de le retirer chirurgicalement et de le soumettre à un laboratoire. Il est important de noter que toutes les tumeurs ou tissus anormaux ne sont pas des hémangiosarcome ; par exemple, chez le chien, environ 50 à 66 % des tumeurs spléniques sont malignes (34 à 50 % sont bénignes) et environ 60 % des masses malignes sont des hémangiosarcome. Chez les chiens avec des masses spléniques et des hémoabdomens non traumatiques concomitants (saignement actif dans l’abdomen non causé par un traumatisme contondant comme être heurté par une voiture), 63 à 70 % de ces chiens ont un hémangiosarcome et 30 à 37 % pas. Par conséquent, c’est un dilemme fréquent et difficile de devoir décider s’il convient de poursuivre la stabilisation initiale, puis la chirurgie, si l’hémangiosarcome est possible conformément à ces statistiques, car la décision doit être prise en fonction de la probabilité et non de la certitude absolue, et les résultats de laboratoire quelques jours plus tard permettent de déterminer si l’hémangiosarcome est détecté ou non.


Avec un hémangiosarcome confirmé et une fois la cicatrisation chirurgicale terminée, il a été démontré que l’ajout de chimiothérapie aux protocoles de traitement augmente la survie ; la plupart des chiens ont une excellente qualité de vie au cours de la thérapie. Les formes de chimiothérapie les plus couramment utilisées, telles que la doxorubicine, sont administrées sous forme d’injections périodiques à l’hôpital (par exemple, toutes les 3 semaines), seules ou en association avec du cyclophosphamide et/ou de la vincristine. Les durées de survie moyennes associées à ces protocoles de traitement sont généralement de 6 à 8 mois, certains individus ne répondant pas aussi longtemps et d’autres se portant bien plus longtemps. Il n’existe aucune donnée comparable concernant le traitement d’un grand nombre de chats atteints d’hémangiosarcome.


Plus récemment, de nombreuses recherches ont été menées sur l’utilisation de médicaments qui empêchent la croissance de nouveaux vaisseaux sanguins (médicaments anti-angiogéniques) et les manipulations alimentaires qui pourraient avoir des effets anticancéreux positifs. Cela peut prendre la forme de l’utilisation de médicaments non stéroïdiens, d’une thérapie à faible dose ou de bloqueurs de signaux qui perturbent la création de la ligne de vie des cellules cancéreuses — de nouveaux vaisseaux sanguins.


Enfin, plusieurs groupes de recherche vétérinaire étudient avec intérêt les thérapies alternatives pour l’hémangiosarcome, dont le polysaccharopeptide (PSP), qui est l’agent bioactif du champignon Coriolus versicolor. Des études indiquent que le PSP a des activités antitumorales in vitro et inhibe la croissance de tumeurs induites dans des modèles animaux. Une étude clinique récente a révélé un avantage chez les chiens atteints d’hémangiosarcome qui ont reçu ce traitement. Le nom de marque est Versikor et la quantité qui a fourni un avantage est de 100 mg/kg administrés par voie orale ou sur la nourriture une fois par jour (traitement à long terme).


RÉSUMÉ

L’hémangiosarcome canin reste un cancer agressif et hautement métastatique, et les temps de survie obtenus avec la thérapie traditionnelle n’ont pas été dépassés ces dernières années. L’espoir demeure pour de meilleurs résultats à long terme dans un avenir proche, sur la base de recherches en cours qui étudient un diagnostic plus précoce et de nouvelles thérapies ciblées réussies. 

 
 
 
 
Ettinger, S. J., Feldman, E. C., & Côté, E. (2017). Textbook of Veterinary Internal Medicine. Elsevier.
Withrow, S. J., Vail, D. M., & Page, R. (2012). Withrow and MacEwen’s Small Animal Clinical Oncology. Elsevier.
 
 
 
 
 
 
Site entièrement rédigé par notre équipe destiné aux propriétaires passionnés par la santé animale
Lingostière Clinique Vétérinaire à Nice
Médecine et Chirurgie des Chiens Chats NAC Reptiles (tortues, lézards serpents) Animaux exotiques et premiers soins à la faune sauvage
 
#nospatientssontlesplusbeaux🦄 
 
Copyright 2020 Lingostiere Clinique Vétérinaire